A+ sous l’bus Google – Partie 1

Préambule

Ça faisait 9 ans que j’hébergeais mes mails chez Google et avant cela c’était chez Hotmail et encore avant… eh bien je n’avais tout simplement pas Internet, donc pas d’adresse email.

C’est au fur et à mesure que j’ai commencé à me « dé-google-iser », grâce à l’auto-hébergement que je pratique depuis quelques années. J’ai commencé par remplacer des services non critiques et depuis quelques mois il ne me restait plus que les gros morceaux : les mails, les contacts et les calendriers.

Je n’ai pas connu l’hébergement des mails à la maison,  je crois que c’est un peu pour ça que j’ai attendu aussi longtemps. Je voyais ça aussi haut qu’une montagne et je ne savais pas trop par où commencer, par contre j’avais un besoin bien défini.

Une chose est sûre, en 9 ans de Gmail  je ne me suis jamais posé la question en me connectant si tout allait bien fonctionner, si mes mails/contact/calendriers étaient toujours là… La force de Google c’est son système « plug’n play » disponible quasiment h24, la barre est haute….

  • Bon, je crois que c’est illusoire de vouloir créer  une solution avec une disponibilité aussi haute que Google, par contre il faut quelque chose d’assez résilient.
  • Côté intégration, encore une fois Google a réussi un sacré pari : mails, contacts, calendriers, chats, … tout ces services fonctionnent ensemble et sont inter-opérables. Il faudrait donc au moins quelque chose dans ce genre, une interface intégrant les mails, contacts, calendrier et pourquoi pas un système de chat. Retrouver ses contacts en auto-completion lors de la rédaction des mails, etc.
  • L’ergonomie :  je veux bien me passer de Google et de son interface plutôt ergonomique, mais pas question de pleurer du sang. Il faut une interface agréable à utiliser.
  • Authentification unique ! Un seul login et mot de passe pour s’authentifier auprès des services. C’est quand même plus propre, plus agréable à gérer et à utiliser au quotidien.
  • Utiliser des protocoles ouverts, idéalement : XMPP, Caldav, Carddav.

Partant de tout ça, j’ai commencer à débroussailler le net à la recherche de la meilleure solution…

C’est après quelques semaines de tests, de sueur, de rage et de joie que je pense avoir réussi à monter quelque chose qui tient la route. Dans les articles suivant on rentrera dans le vif du sujet :)

2 réflexions sur « A+ sous l’bus Google – Partie 1 »

  1. Faut qu’on parle.
    Mes mails sont encore en travaux.
    malgrès quelque années d’existance sans trop de dégat

    Mais parlons peu parlons bien :
    Trinity : 3 serveurs, dnssec, postgres XC.
    ancier.darkweb.fr, gray.darkweb.fr, dijon.darkweb.fr
    Le tous dans les garages.
    Mail :
    Exim, Dbmail, Postgres
    sort ton vieux NSLOOKUP, WHOIS.
    Car je viens bizarement de tomber sur ton site d’une manière plutôt particulière.
    En vrai j’aurai pas du, j’ai trouvé ton ip dans mes iptables…. mmhhhh
    212.83.131.33 123123roflcopter.fr19

    ferais tu du NTP?

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *